jeudi 17 août 2017

La consultation médicale virtuelle: moins efficace que prévue

Le Collège des médecins se montrait déjà prudent. Une étude publiée par le Wisconsin School of Business, de l'University of Wisconsin–Madison semble lui donner raison. Alors que la consultation virtuelle, les communications électroniques entre les patients et les médecins, semblaient être un moyen innovateur pour les professionnels en santé de fournir aux patients une alternative peu coûteuse à la visite du cabinet du médecin, l'étude révèle, au contraire, que l'adoption de consultation virtuelle déclencherait des augmentations dans les visites au bureau et les consultations téléphoniques, une réduction des nouveaux patients suivis par les professionnels et aucune amélioration notable de la santé des patients.

Les soins de santé sont beaucoup plus compliqués à gérer pour une simple technologie. En effet,  les patients peuvent réagir de manière excessive aux symptômes mineurs ou ne pas être assez clairs pour décrire leur situation, poussant ainsi les médecins à se tourner une consultation au bureau par la suite. En étudiant sur une période de 5 ans les rencontres médicales (e-visites, téléphone et bureau) pour plus de 140 000 patients, les chercheurs ont constaté les prestataires ayant adopté des visites virtuelles ont connu une augmentation de six pour cent dans les visites au bureau. De plus, les visites supplémentaires ont abouti à un supplément de 45 minutes par mois de temps supplémentaires consacrés à ces visites. Or, pour remédier à ce temps supplémentaire consacré aux visites au bureau, les professionnels ont du réduire de 15 p. 100 le nombre de nouveaux patients reçus chaque mois. Finalement, aucune amélioration observable de la santé des patients entre ceux qui utilisent des visites électroniques et ceux qui n'en ont pas.