jeudi 21 septembre 2017

Une étude relie l'inflammation du cerveau à la pensée suicidaire chez la dépression

Une étude parue dans le Biological Psychiatry révèle que les patients atteints de troubles dépressifs majeurs ont augmenté les niveaux du marqueur d'activation microgliale du cerveau, qui serait le signe d'inflammation. Dans l'étude, les chercheurs ont constaté que l'augmentation du marqueur inflammatoire était présente spécifiquement chez les patients atteints du trouble dépressif majeur vivant avec des pensées suicidaires, fixant le rôle de l'inflammation au suicide plutôt qu'un diagnostic du trouble lui-même.

Selon les chercheurs, l'étude apporte un ajout important à l'idée que l'inflammation serait une caractéristique de la neurobiologie d'un sous-groupe de patients déprimés, plus précisément le groupe ayant une idée suicidaire. Selon les chercheurs, l'approche médicamenteuse personnalisée de la dépression, soit les médicaments anti-inflammatoires, peut avoir des effets antidépresseurs qui sont limités aux patients présentant une inflammation.

Les chercheurs ont évalué l'inflammation chez 14 patients atteints d'une dépression modérée à sévère qui ne prenaient actuellement aucun médicament antidépresseur. Les cellules immunitaires appelées microglie activent comme une partie de la réponse inflammatoire du corps, de sorte que les chercheurs ont utilisé une technique d'imagerie cérébrale pour mesurer une substance qui augmente la microglie activée.

La preuve de l'activation immunitaire était plus importante dans le cortex cingulaire antérieur, une région cérébrale impliquée dans la régulation de l'humeur et impliquée dans l'origine biologique de la dépression, confirmant les résultats d'une étude antérieure ayant identifié une activation microgliale altérée chez les patients atteints du trouble dépressif majeur sans médicaments. De plus petites augmentations ont également été observées dans l'intestin et le cortex préfrontal.

Selon les chercheurs, parmi les patients déprimés, la neuroinflammation peut être un facteur contribuant au risque de pensées ou de comportements suicidaires. Ils suggèrent l'importance d'une recherche plus approfondie sur la question de savoir si de nouveaux traitements qui réduisent l'activation microgliale peuvent être efficaces dans la dépression majeure et le suicide