mardi 25 juillet 2017

Chaque jour, 13 Canadiens sont hospitalisés pour une intoxication aux opioïdes

L'opioïde est un médicament issu des opiacés (opium) qui permet de soulager la douleur. Il cause un effet euphorique et analgésique en agissant sur les récepteurs du cerveau. La codéine, la morphine, l’oxycodone et le fentanyl font partie des plus connus.

Or, le Canada traverse une crise de santé publique en raison de la hausse des préjudices associés aux opioïdes entrainant des conséquences sur le système de santé. En effet, le taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes a augmenté de plus de 30 % de 2007-2008 à 2014-2015. Plus précisément, en 2014‑2015, il y a eu en moyenne 13 hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes par jour au Canada selon le récent rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé produit conjointement avec le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT).

Les taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes, ajustés selon l’âge, variaient selon la province ou le territoire en 2014-2015. La Saskatchewan affichait le taux le plus élevé avec 20,5 par 100 000 habitants, et le Québec, le plus faible avec 9,7 par 100 000 habitants. Les taux de chaque province et territoire par 100 000 habitants, ajustés selon l’âge, sont les suivants : Terre-Neuve-et-Labrador, 12,4; Île-du-Prince-Édouard, 14,3; Nouvelle-Écosse, 11,4; Nouveau-Brunswick, 14,0; Québec, 9,7; Ontario, 11,0; Manitoba, 10,8; Saskatchewan, 20,5; Alberta, 18,6; Colombie-Britannique, 19,1; et les territoires, 16,7. Le taux du Canada se chiffre à 13,4.


Qui sont les personnes hospitalisées pour une intoxication aux opioïdes?
En 2014-2015, les personnes âgées de 65 ans et plus affichaient le taux le plus élevé d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes, soit 20 par 100 000 habitants. Parmi l’ensemble des intoxications aux opioïdes survenues chez les personnes âgées entre 2007‑2008 et 2014‑2015, 55 % étaient accidentelles, 14 % étaient intentionnelles et 24 % sont survenues dans le cadre d’un traitement (p. ex. effet indésirable découlant de la prise d’un médicament tel qu’il a été prescrit). Pour 7 % des cas, la raison de l’intoxication était inconnue.

Les jeunes de 15 à 24 ans ont connu la plus forte augmentation du nombre d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes, soit une hausse de 62 % à 10 par 100 000 habitants entre 2007‑2008 et 2014‑2015. Au cours de cette période, les intoxications accidentelles et les intoxications intentionnelles chez les jeunes comptaient respectivement pour 52 % et 31 % des hospitalisations liées aux opioïdes, tandis que celles survenues dans le cadre d’un traitement représentaient 2 % des hospitalisations et celles de nature inconnue, 15 %.

Rappelons, en terminant, que la durée moyenne du séjour à l’hôpital pour une intoxication aux opioïdes était de 8 jours en 2014-2015. Ce chiffre est demeuré relativement le même depuis 2007-2008. Par comparaison, les personnes admises à l’hôpital pour une crise cardiaque y sont demeurées en moyenne 5 jours.