vendredi 8 octobre 2021

Les survivantes de violences conjugales courent un risque accru de contracter la COVID-19

Selon une étude menée par l'University of Birmingham publiée dans BMC Medicine, les femmes dont les médecins généralistes ont enregistré une exposition à des abus ou à des violences domestiques couraient un risque accru de contracter le COVID-19 au cours des deux premières vagues de la pandémie au Royaume-Uni.

Comme le soulignent les chercheurs, les politiques de santé publique mises en place pour empêcher la propagation et la transmission du Sars-CoV-2 semblent avoir conduit à une pandémie fantôme largement reconnue de violence domestique et d'abus

Les chercheurs ont analysé le risque de contracter la COVID-19 pendant la première vague de la pandémie chez 10 462 femmes victimes de violence domestique et d'abus âgées de plus de 16 ans par rapport à un groupe « contrôle » apparié de 41 467 femmes non exposées à la violence ou aux abus domestiques.

Les résultats ont montré que les femmes ayant des antécédents enregistrés de violence domestique et/ou d'abus couraient un risque accru de COVID-19 suspecté ou confirmé par rapport aux femmes non exposées, une conclusion qui était plus prononcée en examinant uniquement les femmes qui avaient enregistré des abus domestiques dans l'année précédant le début de la pandémie 

Les chercheurs ont déclaré que la situation était encore aggravée par le fait que les victimes de violence domestique et d'abus ont également une prévalence accrue de « comorbidités », telles que le diabète de type 2 ou les maladies cardiovasculaires, ce qui peut les rendre plus à risque de COVID-19.